Dans la peau d’un intouchable, de Marc Boulet

Marc Boulet, qui s’était déjà fait passer pour un Chinois en Chine, a réitéré l’expérience comme intouchable à Vârânasî. Il a appris l’hindi, a coloré sa peu et ses cheveux, a sali ses vêtements pour passer inaperçu parmi les Indiens. Son objectif : survivre en mendiant et narrer l’histoire.

Déjà, se faire passer pour pauvre serait une entreprise malvenue s’il n’y avait pas un livre derrière. Sur le chemin de Saint-Jacques, je m’agaçais quand des personnes aisées jouaient au pèlerin pauvre.

Son livre, publié en 1994, est très controversé. La date de publication est à mentionner. Ce livre ne concerne ni l’Inde actuelle, ni le style des auteurs depuis quelques années. Je m’explique : ses idées sont tranchées, franches et brutales. Pas d’euphémisme, il n’hésite pas à utiliser le mot « pédé », par exemple. Aujourd’hui, la liberté de l’écrivain est vraiment limitée, un peu trop à mon goût. Mais là où Houellebecq peut être drôle ou poétique, Marc Boulet se contente de nous livrer ses pensées noires.

Marc Boulet offre un récit honnête. Qui dit honnêteté, dit propos désagréables. Marc Boulet ne provoque aucune sympathie, tant il critique à longueur de pages la saleté, par exemple. Il passe pour un macho et se croit séduisant, parce qu’une Indienne le regarde. Quand il se rince l’œil, je l’ai trouvé plutôt prédateur que séducteur.

Marc Boulet malmène le lecteur par ses colères et ses sempiternelles réflexions acides. Les amoureux de l’Inde, les aveugles j’ai envie de dire, aimeraient lire un récit féérique, même parmi les dalits (intouchables). Ce livre n’a pas été écrit pour plaire et ce n’est pas moi qui vais lui jeter la première pierre, tant j’ai voulu adopter la même conduite pour mon premier livre.

Par conséquent, je comprends les critiques négatives sur ce livre. Même en 1994, il aurait été bien que l’éditeur proposât quelques reformulations sur des propos malheureux.

Néanmoins, il n’en reste pas moins que ce livre est à lire. Certains diront « autant lire un livre écrit par un dalit » comme l’excellent Joothan. Je ne suis pas d’accord : il faut lire les deux. C’est toujours intéressant quand un Occidental sort de sa zone de confort. D’ailleurs, Marc Boulet se sent indien lors de sa transformation : personnellement, je n’y ai pas trop cru. Et puis, on peut tout dire « sa femme était dans un hôtel pas loin », la performance fut remarquable. Qui a dormi et mendié dans une gare ou près du Gange ? Il ne se trouve pas courageux, si, il l’est, même s’il avoue que son projet était motivé par la recherche du succès. Aucun écrivain ne peut le condamner sur ce point. De toute façon, un livre n’est pas écrit pour plaire, pour susciter des émotions positives, ou alors il faut lire un roman de gare léger.

La petite mariée suivi de Nuage et soleil + Aux bords du Gange de Rabindranath Tagore

Voici deux recueils de nouvelles écrit par un prix Nobel de littérature, qui lui a été décerné en 1913. Je n’ai pas été déçu. La petite mariée et Nuage et soleil relatent deux histoires d’amour, avec des personnages féminins libres, courageuses, mais capricieuses et immatures (nous sommes au Bengale au début du XXe siècle) face à des hommes droits et respectables. J’ai préféré l’histoire de La petite mariée, car le combat judiciaire dans Nuage et soleil m’a paru plus tortueux et je n’ai pas perçu plusieurs détails. Pour le reste, ces deux nouvelles se lisent en une heure, sans difficulté. Tagore est un poète et prouve que l’on peut écrire avec élégance, soin et douceur, sans être prétentieux.

Le recueil Aux bords du Gange présente six nouvelles dont Le gardien de l’héritage et La clé de l’énigme sont mes préférées. Aux bords du Gange me paraît la plus fade, je ne comprends pas ce choix, si ce n’est pour des raisons marketing. D’ailleurs, on pourrait croire qu’il s’agit d’un roman court, en se fiant juste à la couverture :

Les histoires tiennent la route, le style est subtil, mais qu’est-ce qui fait selon moi le talent de Tagore dans ces deux nouvelles ? À voir si cela se reproduit dans ses autres écrits : Tagore cerne les hommes, nous cerne. Tagore a pu lire Balzac et Houellebecq a probablement lu Tagore. Alors que Houellebecq prend un certain plaisir à choquer, à envoyer son poing au visage du lecteur, Tagore murmure ses critiques avec force :

Quand son père voulut faire appel, Sashibhusan le lui défendit avec insistance : « La prison est bienvenue », dit-il, « les barreaux de fer ne mentent pas, tandis que cette liberté que nous avons au dehors nous déçoit et nous attire toutes sortes d’ennuis. Et si nous parlons de bonne compagnie, les menteurs et les lâches sont, en comparaison, moins nombreux à l’intérieur parce qu’il y a moins de place, au-dehors leur nombre est beaucoup plus grand. »

Certes, il convient parfois de revenir en arrière pour cerner les subtilités ou apprécier à sa juste valeur certains passages. Vaudrait-il mieux les lire à autre voix :

Je ne suis pas un génie. Dans le calme du foyer, il m’arrive d’édifier de vastes projets ; mais dès que j’aborde le domaine du travail, je subis le joug, tel le bœuf attelé à la charrue qui, tout le jour, herse la terre avec patience et la tête baissée, heureux s’il peut obtenir au coucher du soleil des aliments à ruminer. Dans cet état d’esprit, qui songerait à folâtrer ou à faire le fanfaron ?

Je lirai encore cet auteur. Est-ce que vous auriez un autre ouvrage de cet auteur à nous conseiller ?

Vous pouvez commander ces ouvrages ici :