Voici deux recueils de nouvelles écrit par un prix Nobel de littérature, qui lui a été décerné en 1913. Je n’ai pas été déçu. La petite mariée et Nuage et soleil relatent deux histoires d’amour, avec des personnages féminins libres, courageuses, mais capricieuses et immatures (nous sommes au Bengale au début du XXe siècle) face à des hommes droits et respectables. J’ai préféré l’histoire de La petite mariée, car le combat judiciaire dans Nuage et soleil m’a paru plus tortueux et je n’ai pas perçu plusieurs détails. Pour le reste, ces deux nouvelles se lisent en une heure, sans difficulté. Tagore est un poète et prouve que l’on peut écrire avec élégance, soin et douceur, sans être prétentieux.

Le recueil Aux bords du Gange présente six nouvelles dont Le gardien de l’héritage et La clé de l’énigme sont mes préférées. Aux bords du Gange me paraît la plus fade, je ne comprends pas ce choix, si ce n’est pour des raisons marketing. D’ailleurs, on pourrait croire qu’il s’agit d’un roman court, en se fiant juste à la couverture :

Les histoires tiennent la route, le style est subtil, mais qu’est-ce qui fait selon moi le talent de Tagore dans ces deux nouvelles ? À voir si cela se reproduit dans ses autres écrits : Tagore cerne les hommes, nous cerne. Tagore a pu lire Balzac et Houellebecq a probablement lu Tagore. Alors que Houellebecq prend un certain plaisir à choquer, à envoyer son poing au visage du lecteur, Tagore murmure ses critiques avec force :

Quand son père voulut faire appel, Sashibhusan le lui défendit avec insistance : « La prison est bienvenue », dit-il, « les barreaux de fer ne mentent pas, tandis que cette liberté que nous avons au dehors nous déçoit et nous attire toutes sortes d’ennuis. Et si nous parlons de bonne compagnie, les menteurs et les lâches sont, en comparaison, moins nombreux à l’intérieur parce qu’il y a moins de place, au-dehors leur nombre est beaucoup plus grand. »

Certes, il convient parfois de revenir en arrière pour cerner les subtilités ou apprécier à sa juste valeur certains passages. Vaudrait-il mieux les lire à autre voix :

Je ne suis pas un génie. Dans le calme du foyer, il m’arrive d’édifier de vastes projets ; mais dès que j’aborde le domaine du travail, je subis le joug, tel le bœuf attelé à la charrue qui, tout le jour, herse la terre avec patience et la tête baissée, heureux s’il peut obtenir au coucher du soleil des aliments à ruminer. Dans cet état d’esprit, qui songerait à folâtrer ou à faire le fanfaron ?

Je lirai encore cet auteur. Est-ce que vous auriez un autre ouvrage de cet auteur à nous conseiller ?

Vous pouvez commander ces ouvrages ici :

2 commentaires sur « La petite mariée suivi de Nuage et soleil + Aux bords du Gange de Rabindranath Tagore »

  1. Sans oublier mon livre de chevet “Sadhana”! Tagore est aussi l’auteur des hymnes nationaux indiens et bangladeshi!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s