Le club de la dernière chance, de Marian Keyes

À Londres, trois amis irlandais et trentenaires, deux femmes et un homme, sont face à leur destin : relation toxique, incapacité à s’engager et cancer.

Ce livre a deux défauts.

Tout d’abord, les remerciements à la fin. C’est comme les applaudissements au personnel médical pendant le premier confinement : ça m’a toujours brouté, bien que j’aie suivi les voisins pendant le confinement, à Paris. Quant aux sempiternels remerciements, je l’ai fait à la fin de mon premier livre pour ne pas payer 50 euros à une psychologue qui avait relu 4 pages. Pourquoi faut-il toujours remercier quelqu’un publiquement ? Moi, j’oublierais certaines personnes et elles en seraient vexées. L’écrivain remercie comme on filme nos actes de charité : il faut montrer urbi et orbi. Avant-hier, j’ai apporté une couverture à un SDF en bas de chez moi qui se battait avec un autre. En ai-je fait une vidéo ?

Enfin, les personnages sont manichéens. Oh qu’ils sont vilains les deux hommes qui ont fait souffrir les deux femmes ! Je connais les hommes, mieux que bien des femmes, et je peux affirmer ceci : on oublie toujours les hommes à qui on a fait du mal pour garder à l’esprit ceux qui nous ont fait souffrir.

Finalement, il a deux autres défauts : il a vieilli (écrit en 1999) et une bonne centaine de pages avant d’apprendre le cancer de l’ami (annoncé pourtant en quatrième de couverture).

Néanmoins, pourquoi j’ai aimé ce livre ?

Parce que l’histoire marche, le style est agréable, les trois protagonistes sont bien définis, les personnages secondaires aussi, et la touche irlandaise de l’auteure apporte une touche attachante. Autrement dit : c’est le livre que j’aimerais être capable d’écrire : sans prétention et efficace. Or, c’est justement le plus difficile à faire.

Neuf parfaits étrangers, de Liane Moriarty

Pour écrire cette chronique, j’ai eu la mauvaise idée de lire quelques critiques sur Babelio. Pour résumer les critiques négatives, c’est du « J’ai adoré ses précédents ouvrages, celui-ci a été écrit à la va-vite, je suis déçu ».

Liane Morarty, j’ai de la compassion pour toi. Que va-t-il se passer quand je vais publier mon deuxième livre, actuellement en bêta-lecture ?

Je peux comprendre que l’on n’aime pas mon premier.

Je peux comprendre que l’on n’aime pas le second.

Mais comment vais-je réagir avec ceux qui vont me dire « Je suis déçu par le second alors que j’ai adoré le premier » ? Je ne pourrais pas les mépriser puisqu’ils ont aimé le premier. Je me sentirais honteux, leur déception me causerait de la peine.

Pourquoi ne lit-on jamais le contraire ? Un « son premier fut à chier, mais après, il s’améliore ! ». Parce que le premier ne donne pas envie de continuer, s’il est jugé mauvais. Soit. Pourtant, je ne sais pas pour vous, mais en cuisine, en course à pied et même au lit, mes premières fois ne sont jamais les meilleures. Un écrivain a besoin de temps, pour se libérer d’un carcan ou polir de trop grands écarts. Certes, il existe des premiers romans qui sont de véritables chefs d’œuvre, écrits par des génies. Mais pour les autres ? N’a-t-on pas besoin d’expériences diverses ? « C’est trop salé », « Ne pars pas à 5 minutes par kilomètre, tu vas t’épuiser » « Je n’aime pas que tu me mordilles le téton ».

Cette précision faite, je reviens au livre. Neuf étrangers vont dans un centre de bien-être pour des raisons diverses. Tous les portraits ne se valent pas, l’homosexuel étant par exemple un brillant avocat, canon qui plus est. Si cet homme existe, merci de me laisser un message ici. Les huit autres : un sportif détruit, une famille de 3 personnes en deuil, une mère de famille abandonnée, une écrivaine en déclin et un couple qui a gagné au loto. Vous l’aurez deviné, c’est l’écrivaine le personnage principal. Est-elle l’auteure ? Je ne sais pas, je ne vais pas commettre encore l’erreur de chercher. En tout cas, c’est la plus intéressante car elle permet à l’auteure d’émettre des critiques assertives. Liane Morarty prend des risques, comme quand elle écrit que les conseils donnés aux gros pour accepter leur corps sont prodigués par… des gros. Elle se moque aussi des écrivains présents sur les réseaux sociaux. Elle est gentille, cette Liane Morarty, mais comment fait-on de nos jours quand les libraires se contentent de vendre les livres catalogués par les grandes maisons d’éditions ?

Un point original est que chaque chapitre correspond à un personnage et la narration est interne. On entre plus ou moins dans la peau d’un des neufs et même des trois membres de l’équipe. Les scènes sont bien décrites, sans détail surabondant.

Et surtout, pourquoi j’ai aimé ce livre, malgré une deuxième partie plus lente et une fin décevante ? L’auteure a un talent en psychologie. Je l’imagine comme le genre de femmes que l’on a envie de consulter pour un conseil. Elle est dure, mais ne juge pas. Elle n’est pas manichéenne et ne cherche pas à plaire. Ce livre vaut d’être lu, loin des livres crises de nerfs. J’en lirai d’autres puisqu’ils seraient meilleurs. En attendant, j’ai trouvé ce livre équilibré et agréable en cette période d’extrêmes.

L’Été où maman a eu les yeux verts de Tatiana Tibuleac

Je laisse un message sur le Whatsapp de mon amie Catherine.

– Dis donc, tu aurais un autre livre à me recommander s’il te plaît ? Pas un gnangnan comme la dernière fois…

Elle me conseille souvent des ouvrages en espagnol. Je lis dans cette langue pour maintenir mon niveau.

– Tu n’as qu’à lire Don Quijote de la Mancha, de Cervantes, me répond-elle, avec un accent castillan forcé.

Elle me suggère aussi L’Été où maman a eu les yeux verts de Tatiana Tibuleac. Moins cher en français qu’en espagnol, j’opte pour ce livre dans ma langue maternelle.

C’est l’histoire d’un jeune homme avec de gros problèmes psychologiques, dont la mère lui impose un dernier été avec elle. Ce qui est déjà un fardeau pour tout adolescent serait pour lui un chemin de croix tant il déteste sa mère. Un roman pour adolescents ? Non, il entre au bout de quelques pages dans la vie d’adulte.

C’est un roman court, ce qui me sied. Je n’aime guère les longs récits qui se perdent dans des descriptions superflues. Je suis assez grand pour percevoir des décors moi-même et je n’ai rien lu de mieux en la matière depuis Maupassant. D’ailleurs, l’auteure s’y prend à merveille avec peu de mots. Les tournesols, les escargots, les coquelicots, les robes blanches ont chatouillé mon imagination.

J’ai beaucoup apprécié ce livre, d’autant plus que des verres de vin et Jaipur mon chat m’ont accompagné. J’aime son émotion partagée comme des gouttes de pluie dans un jour avec peu de nuages. L’auteure, par sa connaissance de la psychologie humaine, nous offre des personnages à la fois simples et complexes et ne répond pas à toutes nos questions. La narration n’est pas toujours limpide et c’est voulu. Le choix du vocabulaire oscille entre plusieurs registres, sans jamais s’éloigner des convenances.

Je lirai le prochain livre de Tatiana Tibuleac pour vérifier si elle confirme son talent.